Voir le roadbook


carte_2009-2tn


 

24 juillet : Guérande - Ancenis (44), 115 kilomètres

Départ très tôt de la maison, avec un très agréable vent de dos, qui me poussera "presque" jusqu'en Alsace ! (bon, faut quand même pas exagérer, il faudra quand même pédaler...)

Dès le début, de gros nuages apparaissent... Qui vont se transformer rapidement en averses abondantes. La journée sera souvent "humide" ! Ça me rappelle quelques randonnées précédentes.

Déjeuner à Sucé sur Erdre, puis café à l'abri de la pluie.

Ensuite, piste cyclable géniale sur une dizaine de kilomètres (St Mars du désert), mais très sale : les bagages de la remorque seront couverts de boue une fois arrivé au camping !

Finalement, le beau temps reviendra le soir, suffisamment tôt pour permettre de sécher la tente et de se balader dans Ancenis, et le long de la Loire. Une promenade d'une douzaine de kilomètres sur une piste cyclable détendra mes jambes, il fait maintenant beau après la pluie... Première étape réussie !

Par contre, le château d'Ancenis est dans un état pitoyable, et a grand besoin d'une restauration profonde.


25 juillet : Ancenis - Baugé (49), 110 kilomètres

Départ le matin, je quitte la Loire Atlantique pour le Maine et Loire en traversant la Loire, et je suis accompagné d'une montgolfière matinale. Est-ce un bon présage ? Je pense que oui, car elle file vers l'est, poussée par une bonne brise d'ouest... qui me sera favorable aussi !

Je suis la fameuse Loire à Vélo pendant un bon moment. Bien que cycliste depuis des années, c'est la première fois que j'emprunte cette route "mythique" (j'exagère un peu, mais bon...). Le tronçon que j'emprunte est fantastique : calme, très bien aménagé, c'est un régal.

Comme il n'y a personne, mon équipage, avec une remorque bien chargée, progresse vite !

Traversée du pont avant St Florent le Vieil

 

Après St Florent le Vieil, je décide de quitter l'itinéraire cyclable pour la D210, qui est sur une levée de terre longeant la Loire et permet donc de mieux voir le paysage, contrairement à la partie cyclable, plus encaissée. Il est encore tôt et il y a peu de circulation. Ci-dessus vue d'Ingrandes.

Chevalement de mine de charbon du XIXème :

A Montjean-sur-Loire, je traverse le fleuve pour continuer sur l'île de Chalonnes

 

La piste cyclable passe sous le pont de Chalonnes, qu'on voit sur l'autre rive... Cette partie de la rando est très sympa, avec peu de circulation

Les routes sont toutes construites sur des digues, on devine pourquoi !

Enfin j'arrive à Angers...

... que je traverse en quelques minutes seulement sur des pistes cyclables vraiment bien conçues et très roulantes !

La route est moins belle d'Angers à Sarrigné, puis s'améliore.

J'arrive à Baugé pour ma deuxième étape, dans un camping "anglais"

Le soir, balade à pied dans la forêt environnante, sur des portions de GR très accueillantes. Encore une fois, j'apprécie de me délasser les jambes en marchant un peu après une longue étape.


 

26 juillet : Baugé - Bléré (37), 97 kilomètres

Départ matinal, et rencontre avec des clochers tors (ici, celui de Pontigné)

La route est sympa, peut-être un poil monotone ? (je sais, je ne suis jamais content !)

Je passe au département suivant...

Mieux vaut ne pas tomber en panne ici !

Traversée du bois d'Ambillou, oú la route est magnifique !

Puis traversée de Tours sans aucun problème non plus ! En suivant la piste cyclable, c'est fait en moins d'un quart d'heure, sans voiture... Ensuite, il faut passer de la Loire au Cher, via St Pierre des Corps, Montlouis et St Martin le Beau... La route est très moyenne, c'est la partie la moins intéressante du parcours ;(

En effet, je longe une voie ferrée et une route bruyante, le tout avec un petit vent de face. Je remarque les sempiternels bâtiments SNCF abandonnés...

J'arrive à Bléré, je m'installe dans le camping et je sors pour découvrir... un immense vide-grenier que je vais arpenter en tous sens, sans rien trouver, heureusement pour mes sacoches !

Le soir, balade à vélo sur un chemin de hâlage le long du Cher, avec encore des montgolfières un peu plus tard, volant toujours vers l'est...


27 juillet : Bléré - La Ferté St Aubin (45), 96 kilomètres

Renseignement pris la veille : il y a une piste cyclable longeant la rivière... mais elle est assez peu roulante, et ayant peur pour mon équipage, je prends finalement au petit matin la départementale jaune qui quitte Bléré vers l'est. Il y a encore peu de circulation à cette heure matinale. Très vite, département suivant !

La route est moyenne au début, passant près de Chenonceau, et je croise pas mal de maisons troglodytiques.

Cette photo ne rend pas justice à la route entre Montrichard et Thenay, qui est magnifique...

 Arrivé en haut, je découvre les vignobles :

Je fais la course avec un orage, mais je perds la course...

... et je suis obligé de m'abriter pendant 1h30 à Dhuizon, sous un auvent d'église très accueillant.

Je n'ai en général pas peur de l'orage, mais là... ça a cogné vraiment très fort, et je n'en menais pas large ! J'ai heureusement passé un moment dans un bistrot, au sec et à l'abri. Dans ce bistrot, TF1(!) m'apprend que la météo n'est pas optimiste : l'après-midi sera longue ! Je reprends la route pour le département suivant :

Une tuilerie qui se targue d'être "à l'ancienne", pollution comprise !

Arrivée tardive à la Ferté St Aubin, et installation avant un nouvel orage le soir.

Le tour de France 2009 est passé dans cette ville !


28 juillet : La Ferté St Aubin - St Fargeau (89), 107 kilomètres

Lever 5h45, départ matinal... Je croise un panneau que j'applaudis bien fort ;)

La route est très belle, et je croise une famille de cerfs... trop tard pour prendre une belle photo !

Puis route EXTRAORDINAIRE entre Vannes s/ Cosson (595 habitants) et Villemurlin (538 habitants), où je discute longtemps avec la patronne du bar.

On parle des villages qui meurent à petit feu... Il n'y a plus de bureau de Poste à Villemurlin depuis quelques années et elle s'en désole. En chemin, j'ai un petit problème...

A Saint-Gondon, on m'affirme qu'il y a une piste cyclable le long de la Loire jusqu'à Gien... Catastrophique en fait pour mon vélo, pas équipé en VTT !

Arrivée sur Gien, ville agréable, puis très belle route jusqu'à Ouzouer (j'y rencontre encore des cerfs !).

Pause repas au bord du canal de Briare

Je quitte le Loiret pour l'Yonne via la D47 (Ouzouer / Breteau / Bléneau / St Fargeau), qui est une jaune quasi blanche, avec une fin assez vallonée.

L'étape a été assez longue, assez dure, mais avec des passages vraiment magnifiques ;-) Le soir, repos au bord du lac de St Fargeau, et promenade en vélo autour de ce lac...

... qui est artificiel :


29 juillet : St Fargeau - Tonnerre (89), 89 kilomètres

Départ difficile, avec des côtes coupe-jarret...

... mais encore une route magnifique.

Les clochers ont encore changé de forme...

...ce qui ne m'empêche pas de rouler gaiement, malgré une ribambelle de petits villages sans rien, ni boulangerie ni bistrot ni presse !


Les paysages défilent jusqu'à Auxerre :

Ensuite, la température commence à atteindre des sommets qui me forcent à faire une pause à l'ombre dans le village de Bleigny le Carreau (308 habitants)

Puis j'arrive au camping de Tonnerre, après avoir bien transpiré ;) La gérante me dit que le beau temps doit se maintenir jusqu'au week-end... Le camping est confortable, WC nickels, bar, etc. le tout pour 5,40 euros... que demander de mieux ?

L'étape a été belle mais fatiguante, en particulier à cause de la chaleur. Le soir, je discute avec l'éclusier du canal de Bourgogne (qui passe à Tonnerre), qui me montre le fonctionnement de son écluse à main, et qui me conseille d'aller voir la Fosse Dionne... J'y vais, et je suis absolument conquis par cette source d'eau en pleine ville :

Elle est très mystérieuse, on n'a pas encore élucidé sa source exacte, et elle a des couleurs dignes des grandes profondeurs... L'esprit s'y perd (en tous cas le mien !)


30 juillet : Tonnerre - Arc en Barrois (52), 100 kilomètres

Départ le long du canal, piste cyclable agréable.

Je change de paysages, plus de vignobles mais des céréales et des forêts. Je croise encore un cerf, je finis par ne plus les compter !


J'entre en Côte d'Or, et je suis une route superbe jusqu'à Riel les Eaux (81 habitants), but initial de l'étape.
J'arrive vers midi, et je trouve un camping assez minable, loin de tout... Comme demain est censé être une étape assez longue, je décide de continuer un peu... un couple m'aide et m'affirme qu'il y a un camping à Arc en Barrois (789 habitants), à une quarantaine de kilomètres d'ici... Du coup, l'étape est magnifique, peut-être une de mes plus belles...

...certes, rien d'extraordinaire, mais presque pas de voitures pendant une centaine de kilomètres par monts et par vaux... j'ai adoré !

Je traverse entièrement la Côte d'Or pour arriver en Haute-Marne, à Arc-en-Barrois, petite ville très sympathique. Du coup, comme j'ai avancé plus que prévu, je modifie mon étape du lendemain, en décidant de pousser jusqu'à Jussey. On verra bien demain ! Le soir, balade à pied dans la ville :

Le centre ville est agréable, amenagé autour de l'eau.


31 juillet : Arc en Barrois - Le Val d'Ajol (88), 150 kilomètres

Départ matinal (comme d'hab' !) avec un temps couvert qui se dégage très rapidement. Les routes sont très belles, mais dures, la journée risque d'être longue...

La route est bordée de petites maisons de cantonniers !

Elles ont une seule pièce avec une petite cheminée.

J'avais le choix entre plusieurs routes, et je décide de passer par Langres. Envoyant le plateau de loin, j'ai eu comme un doute... Effectivement, la montée vers le centre-ville a été épique, avec un pic de circulation mémorable !

Néanmoins, je ne la regrette pas : j'ai trouvé Langres très sympa. D'en haut, depuis les remparts, le paysage est magnifique :

Après Langres, la route est un peu plus facile, quoique valonnée.

Et finalement j'arrive à Jussey vers 14h

C'est la que je prends une décision que je vais (un peu) regretter ensuite : comme la fin du périple est proche, je décide de remplacer les 3 dernières étapes initialement prévues par 2 beaucoup plus longues... Et je reprends donc la route jusqu'à Val d'Ajol, ce qui me fera une étape de 150 kilomètres de relief... Je n'en ai que rarement autant bavé ! 30 à 40 kilomètres de relief, face au vent...

..ce qui fait que je n'arrive au camping que vers 18h, vraiment fatigué, en étant vaguement inquiet pour l'étape du lendemain, que je sais difficile...


1er août : Le Val d'Ajol - Luttenbach près Munster (68), 90 kilomètres

"Chevrons" dès le départ, avec en plus une température assez élevée... Aille aille aille !

Je sais que ça va être ma fête aujourd'hui... Heureusement, le paysage vosgien est admirable.

Ensuite, le sourire s'agrandit : découverte de la plus belle voie verte imaginable, la voie verte vosgienne.

Je la prends le long de la vallée de la Moselotte, de Remiremont à Cornimont.

Elle est super-roulante, bien que assez "sport", puisqu'elle monte quasiment tout au long des 25 kilomètres que j'emprunte !

Elle est équipée en points de vue, bars (ci-dessus, pause-café), toilettes, le tout très bien indiqué.

Ensuite, place au sérieux : la portion La Bresse / col de la Schlucht... Je commence à monter, à croiser des installations de ski...

...puis,après un très long moment de montée, la libération : le fameux col, qui sera source de plaisanterie dans le club de rando que je rejoins.

Alors, une fois en descente, je bas tous mes records de vitesse vers Munster !

Je suis récompensé de mes mille kilomètres d'efforts par une région absolument magnifique !

Et voilà !



PS : j'ai croisé une quarantaine de cyclo-touristes, y compris dans des zones ou je ne pensais jamais en voir... je confirme que "ça se développe" !