Voir le roadbook



L'aller de Plymouth à Fareham

8 août : Plymouth - Buckfastleigh, 60 kilomètres

 

A Roscoff la veille, dès le parking d'embarquement, flottaient un avant goût de voyage et d'aventure et un peu d'excitation : à quoi allaient donc ressembler les 3 semaines à venir ?

Dès 8h00, on débarque les premiers du ferry. Pas le temps de s'habituer à conduire à gauche ; c'est tout de suite la ville, les ronds-points... et les pentes de Plymouth. On pique vers le Nord, direction le Dartmoor.

Assez vite, on se retrouve sur un chemin de terre qui nous ralentit pas mal...


... on pressent que l'étape sera plus longue que prévu !

Puis le chemin se transforme en un barrage de boue infranchissable. Faire demi-tour ? Pas très motivant pour Chloé et Nathan... Se déchausser et y aller ??

On opte pour une troisième solution : faire un tapis de branches et feuillages. Cela nous prendra 2 heures mais soude l'équipe et amuse beaucoup les enfants.

Il faut plusieurs kilomètres pour que les vélos perdent leur boue. On reparlera de cette aventure pendant longtemps !

12h10 : premier pique-nique "bucolique", à Milton Combe. Cette première pause est indispensable pour le moral des troupes.

Les chiffres ne plaident pas pour nous : on est sortis depuis quatre heures du bateau mais on n'a roulé que 2 heures et fait que 19 km. Il en reste encore... 40...

Puis nouvel arrêt : crevaison du pneu avant de Chloé. Les enfants se reposent pendant la réparation.

Le reste de la journée, nous roulons dans le cœur du Dartmoor. C'est très beau...

Mais très fatiguant car il y a beaucoup de relief :

Des côtes à 15%, à 20% et même à 25%...

Nous mettons tous pied à terre (PAT) plusieurs fois.

Les enfants sont soulagés de voir que "même les parents" montent à pied.

Arrivés les premiers en haut, il nous arrive souvent de redescendre chercher leurs vélos car même pousser les vélos à pied est assez fatigant. Les enfants sont assez découragés ; il faut leur communiquer plein d'énergie. Enfin, tardivement, nous arriverons au camping, dans une ferme.

Anecdotes :

* Il y a une grange dans laquelle coule de l'eau de source. Un panneau extérieur annonce "Water". Pendant que les adultes montent les tentes, Nathan va aux toilettes et revient dépité : "pour les toilettes, c'est camping sauvage". Il était allé voir... dans la grange !
* Dans son sommeil, Nathan parle. Laurent l'entend parler d'une ½ heure de montée...
A la fin du voyage, cette étape sera-t-elle celle que nous trouverons la plus dure ? la plus belle ?


9 août : Buckfastleigh - Tedburn St Mary, 48 kilomètres

La nuit a été froide mais nous sommes tous en forme le matin malgré les efforts intenses de la veille. En passant devant les autres campeurs, il faut résister aux odeurs de barbecue (oui, dès le matin) et d'œufs à la poêle...

Pendant cette deuxième étape, globalement, il y a moins de relief. Plutôt des collines qu'un massif montagneux.

Aucun moment de découragement cette fois du côté des enfants. Cela n'empêche pas de temps en temps de bonnes montées et... des PAT.

Comme la veille, il nous arrive à Laurent et moi de descendre alors chercher les vélos des enfants.

C'est vraiment la campagne anglaise telle qu'on l'imagine, avec beaucoup de routes très étroites, encaissées entre 2 hautes haies et bordées d'orties que nous ne savons pas toujours éviter. Le matin, un lapereau affolé zigzague plusieurs dizaines de mètres devant la roue avant de Nathan. Courses et pique-nique à Newton Abott (rue piétonne). Comme la veille, beaucoup d'Anglais charmants avec nous (à Newton Abott, dame qui nous propose spontanément son aide quand elle nous voit en train d'hésiter sur la direction, arrêtés sur le trottoir ; au camping, dame qui vient nous proposer 4 chaises ...)
Sur la route de temps en temps, des étals avec des produits du jardin à vendre. Cela nous rappelle Jersey et plusieurs fois, nous achèterons ainsi des fruits.

Le soir camping très confortable. Les enfants profitent de la piscine et toute la famille se repose et se divertit dans la salle de jeux :


10 août : visite d'Exeter, 30 kilomètres

Chacun se lève à l'heure qui lui convient. La nuit a encore été très froide : Laurent "débloque des crédits" pour l'achat de pyjamas plus chauds et de grosses chaussettes de nuit. Départ vers 11 heures pour Exeter, avec des vélos légers !

Aller à Exeter difficile. Encore beaucoup de relief et de nombreux PAT !
Les enfants trouvent que ce n'est pas du tout une "journée de repos"...

A nouveau, ces routes anglaises bordées de hautes haies.

Arrivée à Exeter par le canal, les quais. Take away mangé dans le parc autour de la cathédrale. On n'est pas les seuls : tout le monde profite du temps magnifique !

Puis ice-cream et emplettes pour la nuit. Retour un peu plus facile. Piscine pour les enfants et soirée dans la salle de jeux.


11 août : Tedburn St Mary - Dunkeswell, 42 kilomètres

Lors du “briefing” du vendredi soir, on a décidé de modifier le parcours pour éviter de repasser à Exeter par la route sur laquelle nous venions de peiner. Le début de l'étape est effectivement plus facile.

Comme déjà plusieurs fois depuis le début, nous croisons de nombreuses "grouses", des étals, et des panneaux indicateurs bien pratiques.

Le soleil nous accompagne comme depuis le début du périple. C'est bon pour le chargeur solaire !

Visite de l'église de Crediton. Un "membre du gouvernement" de cette église nous accueille chaleureusement et prend le temps de nous faire visiter les coins et les recoins de l'église. Il donne de nombreuses explications, et permet à Nathan d'essayer un heaume impressionnant...

Encore beaucoup d'Anglais sympathiques qui nous abordent, qui nous aident. Arrivée très difficile : fin d'étape au sommet d'une colline forestière. A nouveau, des passages à 20%, 25% et des PAT.

Camping confortable et on nous accorde un tarif spécial en récompense de nos efforts.

A chaque fois qu'il y a une table sur un camping, nous apprécions le supplément de confort !


12 août : Dunkeswell - Taunton : 26+7 kilomètres

Comme tous les jours, des PAT des uns ou des autres...

Pique-nique sur des rondins :

Camping près de l'autoroute. Nous sommes attendus : sur le panneau "Arrivals" : Chaté's family . Installation, grande lessive et sortie à Taunton avec les vélos allégés. Les magasins sont ouverts mais ferment tôt. Pas de terrasse sympa, pas de glaces sympas, pas de tea-room de mes rêves. Vite, achat de quelques pâtisseries chez Mark & Spencer, 10 minutes avant la fermeture.


13 août : Taunton - Martock, 39+7 kilomètres

On commence la journée par les courses dans Taunton. Interrogée sur l'épicerie la plus proche, une Anglaise nous propose de la suivre à pied : on ne tombe que sur des gens très serviables !

C'est plus plat mais un PAT quand même (oui, Chloé : pas pour tout le monde... )

Plusieurs péripéties. Tout d'abord, Ginette nous amène à une quatre-voies infranchissable. Puis la route sur laquelle nous nous rabattons est "closed". A nouveau, c'est grâce à un charmant Anglais que nous trouvons une solution.

Toujours des petites routes, des haies et des orties. Souvent des chevaux également, dont deux, montés, sont très effrayés par les vélos.

Arrivée vers 14 heures. Nous montons vite les tentes par peur de la pluie. Beau depuis le début du voyage, le temps se gâte.

Les sanitaires sont so british !

Sortie à Martock pour des emplettes : assortiment de petits gâteaux à la Bakery (la première du séjour) pour un goûter-dinette au camping.
Chloé bouquine des revues anglaises et nous allons jeter un œil sur une vieille cheminée industrielle qui nous intrigue : une ancienne minoterie, transformée en industrie textile, puis en usine de fabrication de cordes pour la marine, au gré des besoins des époques. Les reconversions industrielles ne datent pas d'aujourd'hui !


14 août : Martock - Batcombe, 54 kilomètres

La pluie redoutée la veille est arrivée. Toute la nuit, il pleut, il vente et au matin, le terrain est trempé. On plie sous le crachin... sans se décourager !

On décide de modifier la feuille de route : cap sur une grande ville pour dormir à l'hôtel et manger au pub ! En route, on aperçoit deux biches tranquilles... jusqu'à ce qu'elles nous repèrent.

Crachin toute la journée = pas de photos !!

Arrivée à Shepton Mallet et... désillusion : au Tourist Information Center, nous apprenons qu'en raison d'un grand rassemblement religieux pour le 15 août, toutes les chambres d'hôtel, toutes les chambres d'hôtes, tous les campings sont pleins. Il ne reste qu'une chambre familiale, à 70 livres, dans un hameau sans possibilité de se restaurer... Nous repartons alors vers le camping initialement prévu : notre envie de confort a finalement allongé l'étape inutilement...

Route peu agréable. Fin d'étape pendant laquelle il faut beaucoup grimper... pour s'apercevoir que le camping est juste en bas, de l'autre côte de la colline.

Mais il y a deux bonnes surprises. On nous octroie le droit d'utiliser la grange – dans certaines conditions, il en faut peu pour s'estimer finalement assez chanceux !!


et les enfants peuvent faire du bateau sur le "boating lake".


15 août : Batcombe - Shrewton, 54+3 kilomètres

Réveil pluvieux. Petit déjeuner dans la grange mais sans les crumpets prévus. Périmés, ils font le bonheur des canards.

Début difficile. Courses dès Bruton puis repas assez vite

L'après-midi, on roule très bien. Le relief et le vent nous sont favorables.

Succession d'éclaircies et de pluies et donc beaucoup de pauses habillage/déshabillage.

Arrivée au camping avec de la pluie. On prend les vélos pour aller au pub (à Orcheston). Les enfants jouent au dominos et nous y dînons.

 


16 août : Shrewton - Salisbury, 36 kilomètres

On se lève avec le soleil ! Comme c'est bon !! Petit-déjeuner sur les tables du camping avec des muffins du campsite's shop. Depuis le début, on se fait plaisir avec ce que l'on mange et on explose les calories ! Le régime pain et scones le matin, pain le midi, pain-pâtes al dente le soir, le tout entrecoupé de "rich tea", de "digestives", d'abricots secs passe très bien !

On quitte Shrewton par le petit chemin de terre qui la veille nous a menés au pub. Cap sur Stonehenge. Nous y arrivons par un petit chemin sur lequel nous sommes seuls !

Temps très frais et tourmenté pendant que nous sommes à Stonehenge. Malgré la foule, je touve cet endroit toujours aussi magique

Peut-être que cette météo sied au lieu...
Pique-nique puis cap sur Salisbury.
En route, un panneau dont on confirme la pertinence : dans un pays si "hilly"... mieux vaut essayer ses freins avant une descente à 25%

Une fois installés au camping de Salisbury, nous allons à pied au centre.

Le centre :

La cathédrale, très majestueuse et assez sobre, avec son enclos.


17 août : Salisbury - Brockenhurst (New Forest), 44 kilomètres

Départ très agréable par Salisbury et par la “route vélo 24”. Les responsables du camping nous ont longtemps conseillés sur le meilleur itinéraire.
Début de la New Forest agréable : poneys, vaches en liberté, landes...

Fin d'étape très décevante : route beaucoup trop passante. Dans une épicerie (hum, le délicieux "homemade bread pudding" de l'épicière !), nous demandons s'il y aurait une autre solution pour arriver à notre point de chute, mais la réponse est négative...

La circulation est telle qu'avant Lyndhurst, les voitures sont à l'arrêt. Finalement, dans le bouchon, elles nous gênent beaucoup moins ! Nous en doublons plus d'une centaine...

Camping inédit pour nous : les poneys s'y promènent en liberté et quelques uns en profitent pour faire des bêtises !

Avant...

...après !


18 août : Brockenhurst - Fareham, 53 kilomètres

Temps humide au réveil mais quel plaisir de savoir que l'on va bientôt atteindre l'objectif de Fareham !! On quitte la forêt par des routes beaucoup plus sympathiques que celles de la veille.

Quelques emplettes à Beaulieu (prononcez Biou li !)

Puis... début d'une pluie qui va durer au moins 48 heures et s'intensifier. C'est d'abord une pluie intermittente. Les éclaircies nous permettent de sécher et de pique-niquer.

Puis c'est une pluie battante, incessante, fatiguante...

Nous arrivons trempés, dégoulinants à Fareham à 15h30. Pour un premier séjour dans la famille d'Emma, nous aurions préféré arriver un peu plus présentables !! Len, Angela et Emma se mettent en 4 pour sécher nos affaires. Sans eux, comment aurions-nous fait ?

Merci Len !

 


Le week-end à Fareham

Vêtus de vêtement secs, chaussés de baskets d'emprunt, réconfortés par une tasse de thé accompagnée de lemon cake et de coffee cake que nous ne boudons pas (la tasse de thé, c'était la première fois que je t'en voyais boire une Laurent !), réchauffés aussi par l'accueil de nos hôtes, nous avons vite meilleure allure et meilleur moral !

Au sec et au chaud dans une véranda, bien installés dans un canapé moelleux, on ne voit plus tout à fait la pluie, aussi abondante soit-elle, sous le même angle ! Nous partons ensuite pour une excursion. Au nord de Fareham, la route sur la crête de la colline offre une très belle vue et nous permet de mieux connaître la géographie de la région. Composée de nombreuses presqu'îles, la côte est très découpée. Hélas, la pluie ne permet pas les photos le samedi.

Dimanche : Le ciel reste gris, le temps est pluvieux mais avec une légère amélioration propice aux photos.
Grâce à Angela, Len et Emma, nous visitons plusieurs sites. Le château de Gosport offre une très grande enceinte.

Le ferry nous permet d'arriver directement à Portsmouth.
Mais pour les enfants, le clou, c'est la visite du Musée naval.

Nous visitons le HMS Victory. C'est un véritable voyage dans le temps ! Fallait-il être démuni pour s'engager comme "powder monkey", comme mousse ou simple marin sur un tel bateau...

Ce week-end a été très agréable. Le lundi matin nous repartons revigorés...

...et influencés ... car désormais :

  • Nous traquons le Wensleydale : en Angleterre, c'était facile... à Guérande... c'est pour l'instant une tome corse assez crumbly qui fait office de Wensleydale sur les Hovis achetés à Plymouth...
  • Nous attendons la sortie de Shaun au cinéma
  • De temps en temps, nous cédons au plaisir d'un Pimm's ! (quand la bouteille sera vide, en trouverons-nous en France... )
  • Mais nous ne mangeons pas encore le maïs en épis !
  • Et nous attendons la venue d'Emma, de Len et d'Angela à Guérande !!

Le retour de Fareham à Plymouth

20 août : Fareham - St Helens (Isle of Wight), 23+12 kilomètres

Départ avec un ciel clément. Ouf ! Nous suivons le chemin indiqué par Len et Angela et évitons ainsi les axes importants. Un premier ferry nous amène de Gosport à Portsmouth.

Deuxième ferry pour aller sur l'île de Wight (Fast-Cat), puis débarquement et pique-nique à Ryde.
Assez vite, le ciel se couvre. La route est assez passante. Arrivée au camping de bonne heure puis excursion à Sandown : station vieillote qui semble déclinante. Nous lui trouvons peu de charme. A cause du temps tristounet ?

Heureusement, quelques beaux paysages émaillent notre parcours points de vue.

Retour au camping. Il fait froid. Nous mangeons tôt et nous réfugions dans les tentes. Nuit froide.


21 juillet : St Helens - Totland (Isle of Wight), 53 kilomètres

Pluie au petit matin. Petit déjeuner dans la laundry, puis on plie au sec. On suit l'itinéraire vélo qu'un ami de Len nous a transmis : très bien mais le temps est peu agréable : beaucoup de vent, froid.

Fin d'étape :

La vue quand on se retourne :

et la perspective sur les falaises des Needles :

Camping très moyen et pot au pub. Beaucoup de vent dans la soirée.


22 août : Totland - Swanage, 56 kilomètres

Temps un peu plus clair au matin : on peut prendre notre petit-déjeuner sur des rondins trouvés sur le terrain de camping, qui est un grand champ. Ensuite, départ avant 9 heures pour prendre le ferry et quitter l'île.

Une pause bien agréable : "Old ladies playing the bowls". Le temps est meilleur, très bon pour le moral des troupes !

Bord de mer avec beaucoup de vacanciers sur les plage, beaucoup de villes, de voitures. Et une piste cyclable... interdite aux cyclistes de 10h à 18h... Allez comprendre !

Bac pour arriver à Swanage.

Fin d'étape avec du relief, puis sortie à pied à Swanage.


23 août : Swanage - Weymouth, 56 kilomètres

Dans la journée, à plusieurs reprises des passages avec beaucoup de voitures donc... trop de voitures !
Etape agréable au château de Corfe Castle.

Fish and Chips en ville (Wareham). C'était une promesse aux enfants... Surtout ne pas faire entrer en considération l'apport en glucides pour le reste des efforts de la journée !

Traversée de stations balnéaires.

Le soir, très beaux paysages autour du camping et coucher de soleil.


24 juillet : Weymouth - Lyme Regis : 52 kilomètres

Une nouvelle fois, étape avec pas mal de relief. Le matin, rupture du câble du dérailleur de Laurent, bloqué - heureusement - sur le petit plateau. Réparation dans un magasin 15 km plus loin. Un chemin agréable le long de la côte (mais attention aux graviers). Nathan repère même un treuil qui nous rappelle ceux vus en Ecosse...

Et puis le plaisir de retrouver la campagne (décidément ce que je préfère).

Equipe un peu fatiguée le soir...


25 août : Lyme Regis - Salcombe Regis, 28 kilomètres

La veille, en préparant l'étape, nous avons décidé un changement : ne pas aller à Ottery St-Mary. C'est certainement très joli mais nous préférons une étape plus courte pour que les enfants se reposent, d'autant que les prochaines étapes seront assez longues et certainement plus difficiles... Les enfants n'ont pas trop envie de repasser par Exeter et ils redoutent l'arrivée sur Plymouth via le relief déjà franchi à l'aller...

Emplettes de la journée...

Nous sommes accueillis au camping par un panneau "full". C'est le week-end de "Bank Holiday". L'employée à la réception est ferme et nous ne réussissons pas à l'apitoyer... heureusement, la responsable prend la suite et voit les choses autrement. Ouf ! Nous nous retrouvons sur un très bel emplacement, certainement le plus beau du camping, face à un paysage bucolique (encore une fois) qui ferait croire à l'immuabilité de toute chose... L'image conservée en tête est plus belle que la photo prise... Il y avait la mer, cette église que l'on n'aperçoit guère, le vert et rien d'autre. Quiétude absolue.


26 août : Salcombe Regis - Chudleigh, 39 kilomètres

Au petit-déjeuner, Nathan propose un nouvel itinéraire : prendre le ferry à Exmouth vers Starcross et éviter ainsi Exeter. Sa carte indique un ferry, mais pas ma carte Michelin ni la carte AA de Laurent... L'office du tourisme de Sidmouth confirme l'existence de ce ferry tous les jours en été... On y va donc ! Sortie de Sidmouth : ses falaises rouges et sa route très très difficile (20% sur des centaines de mètres).

Le ruban bleu ci-dessous, c'est la côte à monter !

Premier PAT. Nous en profitons pour nous retourner. Nous encourageons Nathan...

Nous admirons le paysage qui était dans notre dos et nous voyons... un couple de cyclo-randonneurs qui PAT aussi puis... un autre cyclo-randonneur, très chargé... qui PAT également. Causette un moment tous les 7 puis redépart des uns et des autres. Finalement, on fait la route plus ou moins ensemble d'abord, puis résolument ensemble ensuite, jusqu'au ferry.

Après les montées, heureusement, il y a le plaisir d'une descente ou d'abord d'un plateau :

Mais il n'y a pas qu'à la sortie de Sidmouth qu'il faut appuyer sur les pédales !

Voilà Nathan...

... puis Jan ...

... et Anne

Dans une des montées où nous perdons notre souffle, un automobiliste a perdu sa plaque. Jan est prêt à s'alourdir de quelques grammes :

En arrivant au ferry, nous rencontrons un huitième randonneur ! Tant de vélos d'un coup, nous n'avions pas encore vu cela depuis le début de ce séjour en Angleterre ! Ambiance chaleureuse. Conversations en allemand, en anglais et en français qui s'entrecroisent.

Un premier poussage de vélos. Pour celui de Nathan, ce n'est pas trop difficile.

Le pont est surchargé de vélos.

A babord :

A tribord :

Les enfants savourent le raccourci :

Nous allons juste en face :

Mais l'arrivée n'est pas de toute repos. Une première série de marches obligent à porter bagages et vélos.

A plusieurs, c'est plus sympa et plus facile ! Chacun remet ses sacoches... un peu trop vite... car il y avait ensuite une autre passerelle pour passer au-dessus de la voie ferrée... Puis, nos routes divergent. Nous avons passée une matinée très sympathique à discuter et à se dépanner les uns les autres. Deuxième partie assez difficile. Nathan est visiblement fatigué ou peut-être anxieux de la suite
Camping pas très loin de l'autoroute. Nathan joue avec une Anglaise de 10 ans et 2 garçons. Tous les 4 communiquent bien


27 août : Chudleigh - Brixham, 37 kilomètres

Etape plus facile que ce que nous avions prévu, assez reposante. Soleil toute la journée, comme depuis plusieurs jours. Arrivée au camping à 13h30. Succession de petites routes de campagne, de routes plus importantes mais qui restent agréables et de bords de mer Baie de Torbay (la "Riviera anglaise") :

En route, nous nous arrêtons par hasard devant cette plaque :

Et puis, avant-dernier jour oblige, nous prenons vite quelques photos incontournables :

En fin d'après-midi, Nathan prend un rapide bain de mer. Puis nous mangeons... nos dernières pâtes de l'été...


28 août : Brixham - Plymouth, 58 kilomètres

Départ de bonne heure : c'était voulu mais "l'attaque des goélands" nous y a aidés ! Au petit matin, avec beaucoup de détermination , ils se sont abattus sur les sacs poubelles laissés le soir par les campeurs et ont fait beaucoup de bruit... De temps en temps, ils confondent sacs plastiques et toiles de tente... (Cela rappelle un certain poney ! )

 

Nous roulons très bien. Un ferry imprévu entre Kingswear et Darmouth. Les nombreux ferrys pris donnent l'impression d'avoir séjourné sur un chapelet d'îles.

Notre avant-dernier ferry est à aube.

En roulant, on aperçoit au Nord le Dartmoor : on ne fait que le longer.

L'équipe a un excellent moral, ne voir le Dartmoor que de loin rassure beaucoup les enfants qui redoutaient l'arrivée sur Plymouth. Nous blaguons, chantons, profitons une dernière fois des paysages.

Mais peu après le pique-nique... Chloé se plaint d'un frottement au niveau de sa roue : 2 rayons sont cassés, la roue est voilée et il reste environ 20 km à faire... Heureusement, le ferry pour Roscoff ne part qu'à 23 heures ! Malgré tout, ça casse un peu le bel enthousiasme que nous avions. Finalement, la roue tient jusqu'au bout. Chloé la ménage : elle monte à pied les côtes et ne dépasse pas 20 km/h, même en descente.

A 7 miles de Plymouth, nous sommes soulagés de trouver un itinéraire vélo.

Dernières emplettes à Plymouth puis arrive le moment désagréable de l'attente du ferry dans la zone portuaire peu accueillante... On s'imaginait la dernière soirée dans un pub chaleureux. Heureusement, la salle d'attente de Brittany Ferries nous permet un minimum de confort et puis l'embarquement sera possible plus tôt que prévu.

Fin d'une aventure...

Cocktail de sentiments : soulagement de savoir que tout s'est bien passé, que c'était réalisable ; bonheur de repenser à certains moments ; impatience de retrouver ce que nous aimons dans notre vie quotidienne (à commencer par un matelas et un oreiller tout à l'heure dans la cabine ! ) ; pincement au cœur de savoir que ce moment privilégié, où nous avons été tous les 4 en conversation permanente, soudés, solidaires est terminé... Est-ce que nous recommencerons ?